Forum ILP : 13-18 octobre 2019 – Villa Clythia – Frejus – Soumission contribution ouverte!

Chers collègues,

Après le succès du Forum  2018 à Oléron, les trois Groupements de Recherche GDR LEPICE-HDE, GDR ACO-CHOCOLAS et GDR UP avec le soutien du CNRS et du CEA, organisent la saison 2 à Fréjus!

Il rassemblera les membres de la communauté scientifique correspondant au domaine lasers et matière. Le Forum couvre tout ce qui concerne le développement et l’utilisation des lasers de puissance, et aussi bien les thèmes associés aux impulsions « nanosecondes », comme les chocs par laser, les applications à la géophysique et à l’astrophysique, la fusion inertielle, l’interaction laser-cible à bas flux, que les thèmes associés aux impulsions ultra-courtes et ultra-intenses (accélération laser de particules,  allumage rapide, sources X, etc.), en incluant la physique atomique des plasmas denses et la physique nucléaire des plasmas. Ce Forum sera l’occasion d’échanges, par poster ou exposé, sur ces thématiques entre doctorants (vivement encouragés à y participer), chercheurs et ingénieurs. Cette année il est organisé par Didier Loison et l’IPR (Rennes).

Informez-vous, Inscrivez-vous et Proposez des contributions dès à présent sur le site du forum.

Contacts : 

didier.loison (arobase) univ-rennes1.fr

stefan.hueller (arobase) cpht.polytechnique.fr

laurent.berthe(arobase) ensam.eu

18-20 septembre 2019 – 6ieme Journées VH – Inscriptions ouvertes

Les inscriptions aux 6ième journées VH sont ouvertes!

Ce rendez vous est devenu incontournable pour notre communauté. Nous pourrions croire que le sujet se serait épuisé après tant d’éditions!

Pourtant, de nouveaux développements technologiques sont apparus et de nouvelles expériences inédites ont été réalisées couplant des diagnostics de vélocimétrie, de visualisation et diagnostics X. 

Ces journées sont organisées par les collègues du CEA du Cesta.

Inscrivez-vous et proposez des présentations dès à présent si vous voulez participer à la visite du LMJ jusqu’au 30 juin 2019!

Contact :

Jean-marc.chevalier(arobase)cea.fr, Laurent.berthe(arobase).ensam.eu

1ères Rencontres scientifiques plasmas froids et lasers – 25 -27 Novembre 2019 – Inscriptions ouvertes!

Bonjour à tous,

Lors des discussions suite à l’enquête des représentants de la communauté plasmas froids/lasers à la section 10 du Comité National du CNRS, il est ressorti un constat que la communauté plasmas froids et lasers française se « dilue », en particulier sous l’influence des appels à projets thématiques qui nous poussent à nous investir dans les applications à court terme sans nous investir suffisamment dans la recherche fondamentale sur les plasmas froids et les lasers, qui est pourtant à la source de nos innovations. Cette situation ne convient pas à la plupart d’entre nous, en particulier aux jeunes chercheurs qui ont du mal à construire leur trajectoire scientifique.

Pour y répondre, en accord avec les représentants plasmas froids/lasers à la section 10 du CNRS, nous organisons les 1ères Rencontres Scientifiques Plasmas Froids et Lasers pour favoriser les échanges entre les membres de la communauté plasmas froids/lasers française, avec la mise en place de plusieurs activités autour des thématiques pertinentes à la science fondamentale des plasmas et lasers, et pour discuter également ensemble de la coordination de la communauté nationale.

Dans ce cadre, les jeunes chercheurs (doctorants, post-doctorants, permanents récemment recrutés) sont invités à soumettre une proposition pour une communication orale sur leurs travaux. Les présentations (10min + 5min de discussion) devront concerner la physique des plasmas et des lasers et non leurs applications. 

 Les résumés, d’une longueur maximale de 1 page (références et figures comprises), doivent être soumis ici avant le 15 juillet.

Les Rencontres auront lieu à Toulouse (Université Paul Sabatier) du 25 au 27 novembre 2019. L’Inscription est gratuite mais obligatoire, à faire ici, aussi avant le 15 juillet.

Pour plus d’informations, merci de consulter le site web des Rencontres:  https://rspfl.sciencesconf.org/
Nous espérons vous voir nombreux à Toulouse en novembre!

Le comité d’organisation
Stéphane BECHU – LPSC, Université de Grenoble Alpes
Yann CRESSAULT – LAPLACE, Université de Toulouse
Olivier GUAITELLA – LPP, École Polytechnique
Tatiana ITINA – Laboratoire Hubert Curien, Université de St-Etienne
Armelle MICHAU – LSPM, Université de Paris 13
Nicolas NAUDE – LAPLACE, Université Toulouse III
David PAI – PPRIME, Université de Poitiers
Joao SANTOS SOUSA – LPGP, Université Paris-SaclayThomas TILLOCHER – GREMI, Université d’Orléans

Pour y répondre, en accord avec les représentants plasmas froids et  laser de la section  10 du  CNRS, nous organisons  des journées  d’échanges pour favoriser  les   échanges   entre  les   participants de   la   communauté plasma/laser, avec  la mise  en place  de plusieurs  activités autour  des thématiques pertinentes à la science fondamentale des plasmas et lasers et pour discuter également de la coordination de la communauté nationale. Ces rencontres auront lieu à Toulouse (Université Paul Sabatier) du 25 au  27 novembre 2019.  Ces journées seront organisées autour de différentes activités :

1- Dialogues animés par 2 ou 3 chercheurs simultanément : questions  ouvertes et nouveaux mécanismes. Les intervenants de chaque thématique devront amener le public dans un discours participatif. Pour cela, ils  pourront utiliser des supports de présentation sous forme de revue tout en suscitant les interactions avec l’audience. Les intervenants d’une même  thématique seront donc amenés à préparer leur intervention en synergie.

2- Stands thématiques. Une équipe d’intervenants, guidée par un membre du comité d’organisation, préparera en amont un ensemble de posters autour d’une thématique plus spécifique que celles des dialogues. L’objectif sera de présenter une vue large sur la thématique et d’échanger librement avec les intervenants dans un cadre détendu.

3- Ateliers (à choisir au moment de l’inscription). Ces ateliers seront orientés vers des questions scientifiques, techniques ou professionnelles  posées par les participants, organisés en petits groupes de discussion d’une vingtaine ou trentaine de personnes. L’intervenant jouera le rôle de  « chairman ». Il présentera les questions recueillies et animera les discussions. Les contours des thèmes seront décidés selon les questions recueillies au moment de l’inscription, où chaque participant sera sollicité pour soumettre une ou plusieurs questions.

4- Présentations des jeunes chercheurs et doctorants. Les jeunes chercheurs sont l’avenir de notre communauté, ils auront la possibilité de présenter à l’oral leurs travaux dans le cadre de sessions dédiées. Cela sera une excellente occasion de les faire connaître par la communauté.

Nous espérons pouvoir compter sur  vous pour ces rencontres  scientifiques et nous vous donnons rendez-vous à Toulouse en novembre.

Contact : rspfl@sciencesconf.org –

Plus d’informations : http://rspfl.sciencesconf.org

   Le comité d’organisation

   Stéphane BECHU – LPSC, Université de Grenoble Alpes

   Yann CRESSAULT – LAPLACE, Université de Toulouse

   Olivier GUAITELLA – LPP, École Polytechnique

   Tatiana ITINA – Laboratoire Hubert Curien, Université de St-Etienne

   Armelle MICHAU – LSPM, Université de Paris 13

   Nicolas NAUDE – LAPLACE, Université Toulouse III

   David PAI – PPRIME, Université de Poitiers

   Joao SANTOS SOUSA – LPGP, Université Paris-Saclay

   Thomas TILLOCHER – GREMI, Université d’Orléans

Post-Doc CEA Bordeaux : Etude de l’interaction d’un faisceau d’électrons dans un gaz avec le code CALDER et analyse des phénomènes physiques associés.

Contexte :

Le faisceau d’électrons délivré par le générateur CESAR du CESTA permet d’étudier des matériaux soumis à des dépôts brefs et intenses d’énergie. Afin d’analyser correctement les résultats de ces expériences, il faut connaitre le plus précisément possible les caractéristiques des électrons quand ils impactent le matériau considéré. Plusieurs diagnostics permettent de connaitre ceux-ci mais les calculs et simulations actuels ne permettent pas de prédire correctement le transport du faisceau depuis sa production dans une diode sous vide jusqu’à la cible placée dans du gaz à pression donnée. En effet, lors de sa propagation dans le gaz, le faisceau ionise celui-ci. Or, certaines caractéristiques du plasma créé par l’interaction du faisceau d’électrons avec le gaz (taux d’ionisation, conductivité …) ont un effet de premier ordre sur le transport de ce faisceau jusqu’à la cible (courant de retour, instabilités…).

Sous vide, les codes Particle-In-Cell (PIC) commerciaux classiques sont prédictifs mais, en présence d’un gaz, dans les conditions correspondant à nos applications, la physique du transport devient complexe et n’est pas correctement traitée par ces outils, notamment parce qu’un trop grand nombre de particules doit être géré (électrons primaires et espèces secondaires dues à l’ionisation du gaz). En revanche, le code PIC CALDER, développé à la DAM, est adapté aux supercalculteurs actuels et représente un outil irremplaçable pour l’étude des divers phénomènes intervenant dans la propagation du faisceau dans le gaz.

Ainsi, dans le cadre de ces études, les travaux sont menés à la fois :

  • sur le plan expérimental, avec des expériences dédiées sur CESAR ;
  • sur le plan de la simulation numérique PIC, avec le code CALDER ;
  • sur le plan de la modélisation physique, avec des outils dédiés, pour analyser les résultats expérimentaux et numériques, et en identifier les mécanismes principaux.

Parallèlement, un programme de collaboration « basic science » a été engagé sur ce thème avec Sandia National Laboratories (SNL), qui vise à échanger des résultats expérimentaux mais aussi d’effectuer des simulations numériques.

Sujet du stage post-doctoral :

Le code CALDER est pour l’instant écrit en géométrie 2D-plan ou 3D, mais pas en géométrie axisymétrique, qui correspondrait aux expériences CESAR. Néanmoins, les simulations 2D plan mettent en jeu une physique réaliste avec un coût calcul raisonnable. La prise en main et l’utilisation de ce code constituera donc une première partie de ce stage post-doctoral. Avec l’aide des experts du CESTA et de la DIF, le stagiaire étudiera et simulera d’abord des cas physiques simples, théoriquement connus. Ensuite, les effets plus complexes seront traités comme, par exemple, ceux associés à la présence d’un champ magnétique externe.

La deuxième part importante de ce stage post-doctoral sera d’interpréter les résultats de ces simulations. L’objectif sera ici d’identifier les mécanismes prépondérants et de parvenir à les modéliser d’une façon simplifiée mais réaliste pour faire le lien avec les données expérimentales accessibles.

Signalons enfin que ces travaux s’intégreront dans les échanges avec le SNL et seront ouverts à la publication.

Jacques.gardelle(at)cea.fr

Pierre.grua(at)cea.fr

David.hebert(at)cea.fr

Offre Pos-Doc à ISL : Modélisation du comportement mécanique dynamique de matériaux métalliques


L’institut :
L’Institut franco-allemand de recherches de Saint-Louis est un établissement binational exploité en commun par la République Fédérale d’Allemagne et la République Française sur la base d’une Convention signée en 1958. Les orientations de l’ISL sont définies par les ministères de tutelles : la DGA pour le Ministère de la Défense en France et le BAAINBw pour le Bundesministerium der Verteidigung en Allemagne. La mission de l’ISL est d’apporter des innovations technologiques aux forces de défense et de sécurité. Les recherches s’effectuent dans des disciplines multiples et à des niveaux de maturité variant entre la recherche fondamentale et le développement de prototypes préindustriels, intégrables dans des équipements opérationnels (TRL de 1 à 6).
Contexte :
Dans le cadre de ses activités dans le domaine des matériaux, l’Institut Franco-Allemand de Recherches de Saint-Louis s’intéresse à leur comportement mécanique dynamique notamment pour des applications structurales ou de protection. Les besoins actuels en conception et optimisation de structures complexes soumises à des sollicitations extrêmes conduisent au développement de modèles numériques de plus en plus précis. Cette modélisation offre la possibilité d’évaluer les performances de ces structures en minimisant le nombre d’essais expérimentaux. Outre les considérations purement numériques, le point le plus important permettant d’obtenir une simulation fiable est la modélisation du comportement du matériau (déformation et rupture) à des hautes vitesses de déformation et pour des états complexes de contraintes. Une description précise de ce comportement est essentielle pour atteindre une description fine des mécanismes mis en jeu.
Avant de pouvoir évaluer les performances mécaniques d’une structure complexe, il est nécessaire d’étudier chacun des matériaux qui la composent. Ainsi, le travail proposé se focalisera plus particulièrement sur l’étude de la réponse mécanique dynamique de tôles métalliques soumises à des impacts de munitions de petits et moyens calibres. L’objectif est d’identifier des modèles appropriés de matériaux capables de tenir compte de l’évolution de l’état de contraintes dans des conditions fortement dynamiques.

Missions :

Pour cela, le candidat abordera les points suivants :

– Simulation numérique des essais dynamiques et balistiques réalisés. Validation de la

– modélisation des matériaux en comparant résultats numériques et expérimentaux.

– Contribution à l’étude expérimentale du comportement et plus particulièrement de la rupture des matériaux, avec étude de la sensibilité à la température, vitesse de déformation (au travers d’essais quasi-statiques et dynamiques sur barres de Hopkinson), état de contraintes.

– Contribution à l’identification de lois de comportement et de critères de rupture adaptés aux sollicitations considérées. Détermination des paramètres de ces lois avec analyse numérique inverse si besoin.

– Valorisation des résultats. Rédaction d’articles, communications dans des conférences.

Qualifications requises

Qualifications requises

  • Diplôme d’ingénieur ou Master en mécanique des matériaux
  • Solides compétences en modélisation par éléments finis (ABAQUS/Explicit, LS-Dyna)
  • Intérêt et compétences en programmation (scripts, Fortran, Python, Matlab, etc.)
  • Caractérisation mécanique des matériaux à hautes vitesses de déformation
  • Langue : Français courant, Anglais courant, Allemand (facultatif)
  • Intérêt pour le travail dans un contexte multinational
  • Curiosité, dynamisme, facilité de communication, esprit d’initiative, autonomie
  • Durée du contrat : 24 mois avec embauche dès que possible
  • Contact : envoyer CV et lettre de motivation à mecaamt@isl.eu

WorkShop – Diag X pour matériaux en conditions extrêmes – 11-12 Mars 2019 – ENSAM Campus Paris

Les GDRs ACO-CHOCOLAS, LEPICE-HDE et GDRi-X-FEL organisent un workshop sur les diagnostics X in-situ associés à la matière en conditions extrêmes. Ce workshop s’organisera autour d’exposés approfondis et généralistes sur les grandes applications et sources X puis de tables rondes sur les futurs besoins et moyens des communautés. On peut espérer aussi voir émerger de nouvelles collaborations. Consultez leprogramme.

Ce workshop se déroulera salle MS Lean sur le campus de l’ENSAM à Paris. Pour faciliter, l’organisation de ces journées merci de compléter le formulaire d’inscription (Journées gratuites).

Contacts :

laurent.berthe(at)ensam.eu,

marion.harmand(at)upmc.fr,

stefan.hueller(at)polytechnique.edu